Print Email Comment share on Facebook Share on twitter
Print this page
Email link to this page
Send comments about this page
Share on facebook
Share on twitter
Document sans nom

EPPO position on the interpretation of the term 'Public Officer'
by FAO legal office

(Vienna, 2008-09)

 

Introduction: Article V 2a of the International Plant Protection Convention (IPPC) refers to the term ‘public officer’ in connection with the issuance of Phytosanitary Certificates. In recent years a debate took place as to how the term ‘public officer’ should be interpreted. The FAO legal office provided a written interpretation to the 18th Technical Consultation (see Appendix to the report of the 18th Technical Consultation). The Panel on CPM Affairs expressed their concern with the interpretation of the FAO legal office and recommended that the Working Party on Phytosanitary Regulations should explore whether EPPO members have a collective view on the acceptability of the interpretation of the FAO legal office. The Working Party agreed on an EPPO position which was then endorsed by the EPPO Council in September 2008.

 

The agreed position is as follows:

EPPO Council considered the interpretation of the term 'Public Officer' by FAO legal office in view of Article V.2.a of the IPPC which states that the issuance of phytosanitary certificates (PCs) shall be carried out by public officers.

The interpretation of the term 'Public Officer' by FAO legal office allows for issuing the PCs by NPPO or 'by any other administrative agency, or a legal or physical person'.

EPPO Council can not accept that the interpretation of the term 'Public Officer' allows for issuance of PCs by private persons or companies. EPPO Council insists that only those officers which are solely employed by a level of government are considered to be a public officer. This level of government should normally be the NPPO.

 


 

Position de l’OEPP sur l’interprétation du terme 'fonctionnaire'
par le bureau juridique de la FAO

(Vienne, 2008-09)

 

Introduction: L’Article V 2a de la Convention Internationale de la Protection des Végétaux (CIPV) se réfère au terme de' fonctionnaire' dans le cadre de la délivrance des Certificats Phytosanitaires. Ces dernières années, un débat s’est installé sur la façon dont le terme 'fonctionnaire'  devrait être interprété. Le service juridique de la FAO a fourni une interprétation écrite lors de la 18ème Consultation Technique (Annexée au rapport de la 18ème Consultation Technique). Le Panel chargé des Relations avec la CMP a exprimé son inquiétude quant à l’interprétation du bureau juridique de la FAO et a recommandé que le Groupe de travail pour l’étude de la réglementation phytosanitaire tente d'élaborer une vision commune des membres de l’OEPP quant à l'acceptabilité de l’interprétation du service juridique de la FAO. Le Groupe de travail a pu se mettre d’accord sur une position de l’OEPP qui a par la suite été adoptée par le Conseil de l’OEPP. 

 

La position de l'OEPP se présente comme suit:

Le Conseil de l’OEPP a considéré l’interprétation du terme ' fonctionnaire' par le bureau juridique de la FAO au vu de l’Article V.2.a de la CIPV qui affirme que la délivrance des Certificats Phytosanitaires (CP) doit être effectuée par des fonctionnaires. 

L’interprétation du terme « fonctionnaire »  par le bureau juridique de la FAO permet la délivrance des CP par les ONPV ou par toute autre agence administratif, ou une personne morale ou physique.

Le Conseil de l’OEPP ne peut accepter que l’interprétation du terme 'fonctionnaire'  permette la délivrance de CP par des personnes privées ou des entreprises. Le Conseil de l’OEPP insiste sur le fait que seuls les agents qui sont uniquement employés par un gouvernement sont considérés comme fonctionnaires. Ce niveau administratif doit normalement être l’ONPV.  

 

Back